Accueil

La Litothèque

 

(pour passer du bon temps avec Litonius)

Mon propre site, enfin

Prendre des notes sur des bouts de papier ou des feuilles volantes, c'est bien. Mais tout consigner sur un site où l'on peut intégrer des photos, c'est mieux !

 

Voici donc mon site, sur lequel je vais parler de ma chasse à la chouette d'or (pour commencer).

____________________________________________________________________________________

Introduction à la chouette d'or

En pleine nuit, du 23 au 24 avril 1993, Max Valentin (créateur de chasses au trésor) se casse le dos en enterrant une chouette en bronze à 80 cms de profondeur, dans un sol anodin et public.

Pour récupérer cette chouette et pouvoir l'échanger contre son double en or (confié à un huissier), il faudra résoudre 12 énigmes (11 clairement identitifées et une douzième plus discrète) dans un livre publié le mois suivant : "Sur la trace de la chouette d'or".

3 éditions de ce livre ont vu le jour. Les stocks sont à présent épuisés et en 2001, Max Valentin doutait qu'un éditeur prendrait le risque de financer une quatrième édition étant donnée la durée de la chasse (23 ans cette année mais on n'a jamais été aussi proches de déterrer le bestiau ^^).

 

Le livre est censé s'adresser à tous les amateurs de rébus. Très rapidement après la parution du livre, on va s'apercevoir que les énigmes sont bien plus complexes que prévues.

 

Conscient de devoir apporter de l'aide, l'auteur ouvrira un serveur minitel sur lequel les chasseurs peuvent lui poser des questions auxquelles il répond dans la limite du possible. D'abord privées, ces questions/réponses seront publiques à partir de 1995, Max Valentin voulant, au départ, que les chasseurs cessent de le questionner sur les mêmes sujets.

Les réponses qu'il donnera sur ce serveur sont appelés "madits", contraction de "Max a dit". D'abord sous copyright, ces madits seront diffusés sur la toile avec l'accord de l'auteur en 2012.

Pourquoi 23 ans ?

Sans cesse répété par l'auteur, les 11 premières énigmes se composent chacune d'un titre, d'un texte et d'un visuel.

Ces 3 éléments marchent de concert. C'est inutile, pas exemple, de passer à l'énigme E+1 si l'on n'a pas utilisé le titre de l'énigme E pour résoudre celle-ci.

Certaines énigmes comprennent un texte vraisemblablement non-codé alors que d'autres sont multi-codées. Et toutes sont à interpréter correctement.

 

C'est là qu'est le gros problème de la chasse : l'interprétation.

Si les décryptages primaires ont tous été résolus, Max Valentin a reconnu qu'il avait sans doute trop bien travaillé ses fausses pistes, ces dernières enlisant les chasseurs, quand ce ne sont pas les chasseurs eux-mêmes qui créent leurs fausses pistes, aussi séduisantes.

Car pour chaque énigme, l'interprétation du titre, du texte et du visuel varie d'un chasseur à l'autre. Un texte va sembler limpide pour un chasseur A alors qu'il va conduire un chasseur B à catégoriser et sous-catégoriser sa solution.

La solution des deux premières énigmes est validée par la grande majorité des chasseurs qui se font connaître sur le net. Le conflit naît à partir de la troisième énigme. Quant à la quatrième, il y a déjà plusieurs pistes, aussi acceptables les unes que les autres.

 

Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, aucune piste, bonne ou mauvaise, n'a conduit son chasseur jusqu'à la chouette.

____________________________________________________________________________________

Et moi dans tout cela ?

Chasseur depuis un an, j'essaie de résoudre les énigmes à ma façon.

Surexcité dès le début, je suis parti dans tous les sens, sautant d'une énigme à l'autre, m'inspirant de la grande base de données Internet. Pour finalement me rendre compte que je faisais n'importe quoi.

 

Chaque énigme doit être résolue intégralement avant de passer à la suivante. Les solutions doivent s'enchaîner harmonieusement et chaque énigme comporte une clé de passage pour aider à solutionner l'énigme suivante.

 

Je pense qu'il est nécessaire de s'imprégner de l'univers de la chouette d'or. Les pionniers de la chasse ont du travailler dans le dur en 1993 mais de nos jours, nous avons les madits, les I.S. et les nombreux supports papiers et numériques.

Il y a quelques mois, j'ai donc mis de côté mes recherches pour me lancer dans la lecture, l'analyse et le tri de chaque madit. Les uns après les autres jusqu'à faire le tour des 36000. Un travail herculéen.

J'ai terminé il y a deux semaines et me sens enfin prêt à diffuser ma chasse.

 

Bonne lecture.